ÉTUDE VALORISATION DECHETS / 2013

Des tonnes de gravats accumulés, des piscines d’arène de granit, des pierres tombales fissurées composent le paysage du centre de valorisation des déchets de Lacrouzette. A l’origine du centre, un conflit : l’industrie contre l’environnement.

Le granit, c’est la roche pure, celle que l’on rencontre dans le Sidobre, à son état naturel. Le granite, c’est la roche taillée, façonnée, rudoyée par l’homme. Or, l’implantation du centre de valorisation des déchets est intéressante. Il avait été construit le long d’une rivière de rochers. En amont de la rivière, un chaos de granit, d’énormes boules de granit amoncelées laissant l’onde s’écouler. Et en aval, au fond de l’eau claire, du sable, résultat de l’érosion du granit. L’écho se faisait entre ce recyclage naturel et le recyclage industriel dont le cours suivait celui de la rivière.

Cet écho servit d’épicentre à la structure du panneau. La représentation de ces deux centres naturels ou artificiels de recyclage du granit devait être au cœur du panneau et permettre au texte de s’écouler tout du long, suivant le cours de la rivière. Nous avons également rélféchi à l’idée de donner à toucher les différentes étapes de métamorphose du granit : de la mosaïque au gravier jusqu’au sable.